Pôle de Connaissances de l'Agriculture Biologique et Agroécologie en Afrique Centrale

Cameroun : Le PCAC plaide pour une loi en faveur d’une agriculture saine

L’atelier de restitution de l’étude du cadre juridique de l’agriculture biologique au Cameroun organisé par le Pôle de Connaissances de l’Agriculture Biologique en Afrique Centrale (PCAC), s’est déroulé au Yaahot Hôtel à Yaoundé. Il a permis de présenter un état des lieux critique du cadre réglementaire de l’Agriculture Biologique au Cameroun afin de susciter un engagement des acteurs institutionnels clés, en faveur de la promotion de l’agriculture biologique dans les politiques publiques.

Réunis le 26 septembre 2023, plus d’une vingtaine de participants dont les représentants des services techniques du Minepded, Minsante, Mincommerce, Minader ainsi que les organisations non gouvernementales et plusieurs acteurs de la chaîne de valeur de l’Agriculture Biologique et de l’Agroécologie ont échangé autour de l’étude du cadre juridique de l’agriculture biologique au Cameroun. L’étude avait pour but d’identifier les textes de loi du Cameroun en relation avec l’agriculture biologique, de réaliser une analyse critique et prospective des dispositions, d’identifier et d’analyser les instruments nationaux.

Selon les experts présents aux travaux de l’atelier, l’agriculture biologique en Afrique est peu recensée dans les statistiques officielles, alors qu’elle est de plus en plus présente sur les marchés locaux et d’exportation. Au Cameroun, l’avant-projet de loi sur l’agriculture biologique, en gestation depuis 2006, n’est toujours pas intégré dans les politiques publiques. D’après Stanislas Bila, sous-directeur au Minader, c’est le premier ministère qui devrait conduire ce processus vers son aboutissement.

Au terme des travaux, plusieurs recommandations ont été formulées. Il s’agissait notamment de la création de points focaux du projet CCAB dans tous les ministères concernés par la promotion de l’agriculture biologique et l’identification d’actions spécifiques qui pourront être menées par les ministères. L’ensemble des recommandations formulées seront envoyées aux administrations sectorielles après leur reformulation par le consultant principal de l’étude Guy Pouokam et leur validation par un comité mis sur pied au cours de la rencontre.

Cet atelier était organisé par le Centre International pour la Promotion de la Création (CIPCRE) dans le cadre du projet Centre de Connaissances de l’Agriculture Biologique en Afrique (CCAB) de l’organisme de coopération allemande GIZ. Ce projet est mis en œuvre en Afrique centrale par le CIPCRE, le GADD, le CPF, INADES Formation et le SAILD à travers le Pôle de Connaissances de l’Agriculture Biologique en Afrique Centrale (PCAC).

 

Marguerite MOMHA,
Inades-Formation Cameroun