Pôle de Connaissances de l'Agriculture Biologique et Agroécologie en Afrique Centrale

Cameroun : Les élèves de l’école publique de Njamga formés par le SAILD à la production des asticots pour nourrir les poules

Le Service d’Appui aux Initiatives Locales de Développement (SAILD) a organisé le 19 mars 2024 un  atelier de formation sur la production des asticots au quartier Njamga à Bangoulap, commune de Bangangté. Atelier tenu dans le cadre du Projet “Centre de Connaissances de l’Agriculture Biologique et l’agroécologie en Afrique”  (CCAB).

C’est dans la cours de l’école publique de Njamga qu’une vingtaine de personnes a été  formée ce 19 mars 2024, à la fabrication des asticots pour nourrir les poules et  poissons. Devant des multiplicateurs-formateurs, élèves, parents et enseignants conviés à cet atelier de formation suivent avec attention les enseignements dispensés par Hyacinthe Mbatchou Nana. En effet, ils se sont prêtés au jeu en lui fournissant des ingrédients indispensables pour la croissance des asticots dont les œufs de poule en état de décomposition. Au-delà de cela, ils ont participé de façon pratique à la production des asticots. De même, ils ont bénéficié d’un module sur certaines pratiques de l’agroécologie, notamment les bienfaits des engrais biologiques.

L’expérience était  belle pour la plupart, surtout pour les  touts petits qui repartent avec de nouvelles connaissances. «J’ai aimé, je ne savais pas qu’on produit les asticots. J’ai appris que pour cela il faut mélanger le son de riz avec les œufs pourris. On peut mettre les restes de poisson, la banane mûre ou alors de la souris morte » révèle Emma Kambou, élève au Cours Moyen première année (CM1).

Initiation aux pratiques agroécologiques

Cette formation a apporté une plus-value aux instituteurs. «Nous avons beaucoup appris, je pense que tout le monde a largement bénéficié de cette formation. Mes enfants étaient très épanouies. Déjà dans le programme d’enseignement nous  intégrons certaines pratiques agricoles donc désormais je leur parlerai de l’agroécologie, des bienfaits de l’utilisation de l’engrais bio par exemple pour qu’ils puissent pratiquer et le partager avec leurs parents »  confie Linda Njiki, enseignante au Cours élémentaire deuxième année (CE2).

Le Directeur de l’école publique de Njamga, Edie Carlès Tchanja, a tenu à exprimer sa gratitude pour cette formation. « Nous remercions le SAILD pour cette initiative. Dès votre départ nous allons expérimenter dans notre jardin pédagogique. Les élèves seront obligés d’appliquer la fabrication de l’engrais bio sur le maïs que nous produisons quotidiennement. Nous demandons aux formateurs de revenir avec d’autres thématiques agroécologiques car nous avons vu aujourd’hui ce que nous ignorons » telles ont été les doléances de Edie Carlès Tchanja.

La graine de l’agroécologique est ainsi planté à Njamga. Ne reste plus qu’à sensibiliser davantage  les paysans afin d’obtenir d’excellents fruits  les années à venir.